lundi 24 juillet 2017

Entrelacs II




Tout débute par ça, un baiser retenu
Au cou abandonné à mes égarements
De mes dents affamées qui croquent dans le nu
Pour parler alors la langue des amants...


Elle se laisse ouvrir par ce cœur qui ronronne
Murmure au pore une exquise confession
Sable rouge étalé, bien chaud quand l'heure est bonne
À l'enfouissement doux de l'ascension

Nos lèvres s'agrippent, nos mains s'empoignent
En préparant les flux qui coulent en roucoulant
Nos morsures de feu demandent un peu de poigne
Pour ne point trop gémir sous le choc pénétrant
Ne pas trop...ne donner...qu'un cri soudainement
Si je m'enfonce en toi, et ressors un moment...


Je saurai, je saurai, te faire revenir
En moi je te ferai rentrer profondément
Et les cris, oh les cris, qu'on voudrait retenir
S'échapperont plus haut, plus fort seront nos chants
Et tu voudras, oh oui, tu voudras, immobile
Y rester un peu plus et puis quand tu t'éloignes
Tu voudras regoûter ce glissement habile
Qui te raidit encore et t'aspire et te soigne

Le long de tes cuisses dévalées par mes doigts
Le long de tes deux seins avalés par mes lèvres
Le long de tes yeux noirs éclairés par ta foi
En l'amour qui bouscule et qui grandit ma fièvre
Le long de ton sexe, je reviens à ton âme
Le long de la mienne, tu y chantes, ma femme, 


Ma fièvre est la tienne, quand dans l'emboîtement
Fébrile on fusionne, au long sentier humide
Dans nos allers-retours, la joie suinte et se tend
La joie c'est ta raideur comblant mon gouffre avide

Au fond de ton gouffre que je remplis de joie
Je goûte à tous tes cris, à tes mots qui s'envolent
Chauds, longs, doux, lents, puissants, tes mots qui me font roi
Rassemblent nos lèvres comme deux âmes folles


Encore une étreinte savoureuse  secousse
Encore un instant dérobé au destin
Rions lui bien au nez le temps que tu me trousses
Brandis à sa face l'immuable fil fin

Entre nous retenu, le fil des existences,
Qui s'allonge et s'étire et prolonge le lien,
Est un simple bonheur qui simplement s'avance
Entre ta chair secouée murmure un vent marin


D'océan tangueur ô délicieuse houle
Remue mon échine dans le bon mouvement
Tiens-moi bien par le fil lorsque ta langue roule
Dans ma bouche alanguie, mon coeur gît sous tes dents

Viens danser tout autour de mon fil enfoncé
Dans la houle et le bruit, dans la foule du lit
Foule de baisers fous s'y défoule froncée,
Dans le foncé coule des passions des cris


Crie-moi mon bel amour lorsque la nuit renonce
Quand le jour implacable étale ses longs bras
Crie-nous à chaque pore où ton encre s'enfonce
Verse-la dans ma chair, sur ma peau, sur nos draps


samedi 15 juillet 2017

Entrelacs I




Je descends titiller de ma langue assoiffée
Ton téton qui durcit sous tes boutons défaits
De chemise fendue comme ma main vers

Le plus profond des puits, de miel bondant le verre

Plonges-y juste un doigt, sens-en bien la texture
Ressens-tu le désir de goûter la mixture
Ou mieux encore bien mieux, la raideur péremptoire
S'y conformer bien, bien profond encore
Se donner sans vertu avec la force brute
Pénétrer le puits comme on enfonce un port
Et remuer le miel pour butiner ma pute
Un doigt, deux doigts, la main et - enfin allongée
La raideur saillante se complaît à bourrer


Ô dure ardeur dure, dure bien quand tu fourres
Les coups qu'on endure, sont bien ceux de l'amour
Raideur douce qui glisse en va-et-vient sans cesse
Dans la chair qui s'hérisse au galbe d'une fesse

Savoureuse secousse, ô fais sourdre la source
Ne retiens plus aucun de tes coups sourds et forts
Pour mieux ouvrir en deux ton amante à tes bourses
Balancée elle en veut, elle réclame encore


Sa chair d'eau éventrée sous les assauts du dard
Son antre ravagée qui convulse, palpite

Prise au soubresaut fou de l'amant qui sait l'art
De combler l'appétit d'avides Aphrodites

Elle en veut et son râle en cadence clapote
Onctueux battement remuant la calotte
Il masse, pétrit, fend la croupe qui se donne
S'en donne avec ferveur à corps d'un cœur de joie
D'une ferme claque il rougit et résonne
La fesse écartelée sans pudeur sans appâts
Sans autre vêtement que des doigts, ô désir
De forcer cette fleur qui s'entrouvre à gémir


"Oui"
hurlé quand il sort, "oui" plus haut quand il rentre
"Oui" le nom du bonheur qui se tend dans son ventre
"Oui" dit à l'unisson et "oui" dit en saccades
De la bouche qui mord, empreint et se balade
Sur la peau bien éclose et la chair demandeuse
Engloutit en longueur le régal qui la creuse

"- Ma chatte incante crie ton averse de lait
Donne, donne-moi tout" dit l'incendiaire en feu
Cheminée coulante, brasier qui ne se tait
Avec les morsures laissées par son heureux
Amant qui la boucle d'une bouche suavante
D'une bourrée franche comme un coup de butoir
"- Viens, reviens, retiens...je suis dans la mort lente
Meurs avec ton amour, ô défaille sur mon phare..."


Et lui de venir sec, puis durcir de nouveau

Face-à-face reprend l'union de plus belle
L'emboîtement goûteux, le délice qui vaut
L'embrasement premier de l'heureuse étincelle

Face-à-face collés les deux corps s'appartiennent
La mort, douce intruse, se transmet par les yeux
Le fourreau se resserre, en convulsions  viennent
Les jaillissements fous dans le ventre joyeux


jeudi 6 juillet 2017

L'Âge mûr

"Je suis cette femme vieille qui n'a que le temps sur les os.
Et la jeune fille à genoux qui ne retrouve déjà plus sa jeunesse, c'est moi aussi.
Et l'homme, c'est encore moi. Pas toi.
Je lui ai donné toute ma dureté. Il m'a légué son vide en échange.
Voilà. C'est trois fois moi.
La Sainte Trinité, la trinité du vide."


Camille Claudel



Elle défait ses nœuds enduits
d'attente onctueuse qui pique les yeux

Le temps sculpte ses ravines
replis  qu'elle incruste de comètes en cubes
et  de bouts de lettres
macérées au sel  dans les craquelures rieuses
des quais où se résorbe encore
l'immuablement fugace

car la mer

l'emporte toujours

sur l'écume

chétive
constante
auto-determinée
gisante à la frontière poreuse encore
du sein


Elle défait les tripes de l'aube
les derniers enchevêtrements ingurgitent les nues,
broutent les constellations et crachent
les astres
dans des entonnoirs qui se distordent comme des ventricules

***

Aux ultimes abreuvements sevrant ses ailes,
elle déploie sa poitrine au bon vent qui l'étreint,
dans son échancrure
il soufflera
la blancheur des nuits passées
à fêter le sommeil



 

vendredi 23 juin 2017

Cachette - Message personnel



attendons le soir, ma clarté, dans les alcôves du son

au mieux dans tes entrailles

ta chair porte l'eau, le fruit et un péché délicieux 

le jus d'une nouvelle ère

la chanson à l'oud - enfermé

puisque tous mes sens se souviennent, j'ai juré sur notre empire

l'emplacement connu de nous seuls 

de nous uniquement

jamais les voyageurs, les nomades et les paumés ne trouveront

la place religieuse de l'auberge

qui porte bien des noms selon les langues et que nous appelons, nous

mardi 6 juin 2017

Friandise



Je pense t'arrêter un moment
te prendre par petites doses
te fractionner en pastilles
que je fourrerai de chicotin
et j'en espacerai les prises
je m'occuperai à en faire
une mosaïque de toi
te prélassant dans la poudreuse
à l'ombre d'un palmier
remontant la dune
à l'heure du sable
il faisait rouge
et la nuit nous expulsa
pour le soleil clandestin
qu'on abritait sous le lit :
"loger les astres est interdit"
grogna-t-elle en caressant
la queue de son étoile filante

à chaque bout de souvenir
je prendrai un bout  de toi
le fragment le moins visible
de la mosaïque, peut-être
un morceau de l'oreille
tellement inutile
l'oreille
ne sert qu'à faire semblant
de ne pas être sourd

toi aussi,
tu dois avoir une mosaïque de moi
que tu grignotes au moindre creux
peut-être en as-tu dévoré
toutes les oreilles
peut-être t'attaques-tu
à la moue, peut-être
pourrais-je alors
peut-être sourire
peut-être même
engloutirais-je
à m'en étouffer
la tienne
de mosaïque
en entier

mardi 11 avril 2017

Étranglement



ta voix bruine
sur le soir
ceint de tes paupières
et  je suis
ce silence
que tes lèvres étranglent,
vacillant au creux
de ta commissure

et le bredouillement
que tes dents m'extirpent
assaille tes courbes
se presse
quand il s'ouvre
et se referme sur ta peau
il foule
les pitons de chair,
hisse les pentes
raides de pulpe-ogive
      et dure...

m'habite
cette ville
fendue en son noir
vêtue seulement de brume, elle
se laisse assiéger
quand ses toits s'insurgent,
tu couches
ton souffle
sur les murs des maisons
mi-closes
que tu mouds sous mon palais

et je suis
cette poussière
qui nue ton sanglot

mardi 7 mars 2017

À l'insu du jour





il avait des bouts de
cosmos sur ses bleus,
il parlait la bouche pleine
de soleil, et sa langue
dessinait dans ma gorge
des graffitis
stellaires

j'avais des morsures
d'automne aux reins,
des lucioles
dans les cheveux,
des bourgeons de givre
aux lèvres et soif
d'inévidence

et nous eûmes
quelques nues en pot
pour teindre nos plaies,
des lits d'orties
qui sentaient l’éther
et des sentiers vers
l'éteignement
que nous parcourions
sur la pointe des cils
à l'insu du jour

jamais nous n'en vîmes le bout