lundi 27 novembre 2017

De te...



J'ai envie de te
Faire couler dans l'erreur bienséante, te
Tremper
Quand l'intention est bonne
Jusqu'au salut salivaire
Qui hausse le ton de ta confession, Oh
Plus Oh encore jusqu'au nombril, te
Cramponner en glissades en coulissements, j'ai envie
Aux prémices argentées que tu flues, de te
Racler le surplus d'impatience qui
Érige l'augure laiteuse
Happée du fond engloutisseur
De l'envie de te
Manier avec licence
Pile au bon égarement de la bonne prise
Du tout va
Et vient
Et qui monte Oh
Toujours plus Oh
Et vient…


jeudi 9 novembre 2017

Au verre, dose



Ça nous va bien
en dessous de la ceinture
les petites tapes
a
mi
cales
intercalées
au creux de la raie
fesses serrées
ça nous va
bien les claques raclées au fond
des gorges
ouvertures impromptues
béances buccales
bruissements labiaux des remugles
que l'été oublie au fond des mouilles
pétalées :
mais Madame, vous louchez des seins!
permettez que je vous boutonne
n'est-ce pas
un beau jour
pour vous faire enfiler, puis-je
vous
sur
prendre
voyez-vous
ma petite infamie mignonne et moi
ne sommes plus ce que nous fûmes
et vous êtes bonne fumeuse
fumez-nous donc
vous savez bien le faire
dans votre langue,
avec le bon accent et
des ronds
dans l'air,
vous savez faire aussi
aspire-nous, petite fumée

vous verrez
ça nous irait bien
tellement bien
en dessous de la ceinture
les coups affables
fabulés dont on s'affuble
et c'est parce que je t'aime bien
que je te crache à la figure
puisque la guimauve tue
je te fais boire mon arsenic -
ça te va bien
les saignées gustatives
en dessous de la ceinture
tu pourras même t'en mordre
les doigts

~~~~~~~~~~~~~~

n'oublie pas de mettre
ta tristesse en dentelle
celle qui moule tes yeux
et ta rondeur
suspendue aux canines
te va
si bien en dessous
bien loin
en dessous de la ceinture

vendredi 13 octobre 2017

Docteur




Les lignes de ta chair invitent
en relief, s'invitent
à ma peau, bien vite, Docteur
apporte les premiers maux
de l'urgence  patiente
du temps pris en otage plus près du souffle
court
jusqu'aux plus basses décences
fermes
bien fermes tes ordres, Docteur
désirs fermes
jusqu'au pied de la croix sur ton épaule
ferme impénitence
jusqu'aux points finaux ornant les commencements, Docteur
fais-moi, dans ton bleu, l'enchaînée du regard
referme nos deuils sur l'entaillure de nos corps
Docteur, enferme-nous dans l'entre-temps tyrannique des entrecuisses
Prends-moi, Docteur
le pouls et laisse-moi ausculter le battement
d'un Maintenant perché sur ta lèvre
cueillie dans l'inhésitation
forte et grave, Docteur
dans le galbe d'une ordonnance
prescris
la mort à vie

samedi 7 octobre 2017

Monsieur, j’ai deux mots à te dire…




Monsieur craint mes vers et raffole de mes fraises
Il est intrépide quant à toucher mes cimes
Monsieur chuchote au corps, quand son coeur prend ses aises
Des frôlements savants que pourlèchent mes rimes.

Monsieur, n'aie pas si peur que mes mots te dévorent
Plus périlleux sont-ils qu'un sein ensorceleur ?
Le saint dont tu portes - le prénom,  je l'implore
D'apposer sur ma peau ce sourire en chaleur.

Monsieur, que tu es grand,  ô monsieur, Michel-Ange
A-t-il rêvé de toi en taillant sa sculpture
Tel le David, tu es - goûteux jusqu'aux phalanges
Etalon que j'étale, ô ma folle monture.

Pensée en chocolat, cette panse en tablettes
Pectoral que je mords, ô ferme gourmandise
Monsieur, j'ai un faible, mais point je ne regrette
Cet aveu qui te fait - boire aux lèvres soumises..

lundi 11 septembre 2017

Baiser





Quand tu me baises
la main,
tu baises le ciel de minuit
et la lune lascive étale sa rondeur
et les regrets ont soudain le goût sucré
d'étoiles oblongues
qui s'allongent au creux du noir suintant

Je me pardonne alors d'inoublier
le mordillement acide du ver
dans le fruit que prisaient nos papilles
et je lape jusqu'à la dernière goutte
le souffle liquéfié de tous les halètements vains
qui te rendent hommage
quand tu me baises
la main,
je baise tous les doigts qui te ressemblent
doigts forts, droits,  fiers, égarés
doigts insolents, doigts intrépides

Je baise les paumes que je pourrais habiter
comme je tu m'habites

lundi 24 juillet 2017

Entrelacs II




Tout débute par ça, un baiser retenu
Au cou abandonné à mes égarements
De mes dents affamées qui croquent dans le nu
Pour parler alors la langue des amants...


Elle se laisse ouvrir par ce cœur qui ronronne
Murmure au pore une exquise confession
Sable rouge étalé, bien chaud quand l'heure est bonne
À l'enfouissement doux de l'ascension

Nos lèvres s'agrippent, nos mains s'empoignent
En préparant les flux qui coulent en roucoulant
Nos morsures de feu demandent un peu de poigne
Pour ne point trop gémir sous le choc pénétrant
Ne pas trop...ne donner...qu'un cri soudainement
Si je m'enfonce en toi, et ressors un moment...


Je saurai, je saurai, te faire revenir
En moi je te ferai rentrer profondément
Et les cris, oh les cris, qu'on voudrait retenir
S'échapperont plus haut, plus fort seront nos chants
Et tu voudras, oh oui, tu voudras, immobile
Y rester un peu plus et puis quand tu t'éloignes
Tu voudras regoûter ce glissement habile
Qui te raidit encore et t'aspire et te soigne

Le long de tes cuisses dévalées par mes doigts
Le long de tes deux seins avalés par mes lèvres
Le long de tes yeux noirs éclairés par ta foi
En l'amour qui bouscule et qui grandit ma fièvre
Le long de ton sexe, je reviens à ton âme
Le long de la mienne, tu y chantes, ma femme, 


Ma fièvre est la tienne, quand dans l'emboîtement
Fébrile on fusionne, au long sentier humide
Dans nos allers-retours, la joie suinte et se tend
La joie c'est ta raideur comblant mon gouffre avide

Au fond de ton gouffre que je remplis de joie
Je goûte à tous tes cris, à tes mots qui s'envolent
Chauds, longs, doux, lents, puissants, tes mots qui me font roi
Rassemblent nos lèvres comme deux âmes folles


Encore une étreinte savoureuse  secousse
Encore un instant dérobé au destin
Rions lui bien au nez le temps que tu me trousses
Brandis à sa face l'immuable fil fin

Entre nous retenu, le fil des existences,
Qui s'allonge et s'étire et prolonge le lien,
Est un simple bonheur qui simplement s'avance
Entre ta chair secouée murmure un vent marin


D'océan tangueur ô délicieuse houle
Remue mon échine dans le bon mouvement
Tiens-moi bien par le fil lorsque ta langue roule
Dans ma bouche alanguie, mon coeur gît sous tes dents

Viens danser tout autour de mon fil enfoncé
Dans la houle et le bruit, dans la foule du lit
Foule de baisers fous s'y défoule froncée,
Dans le foncé coule des passions des cris


Crie-moi mon bel amour lorsque la nuit renonce
Quand le jour implacable étale ses longs bras
Crie-nous à chaque pore où ton encre s'enfonce
Verse-la dans ma chair, sur ma peau, sur nos draps


samedi 15 juillet 2017

Entrelacs I




Je descends titiller de ma langue assoiffée
Ton téton qui durcit sous tes boutons défaits
De chemise fendue comme ma main vers

Le plus profond des puits, de miel bondant le verre

Plonges-y juste un doigt, sens-en bien la texture
Ressens-tu le désir de goûter la mixture
Ou mieux encore bien mieux, la raideur péremptoire
S'y conformer bien, bien profond encore
Se donner sans vertu avec la force brute
Pénétrer le puits comme on enfonce un port
Et remuer le miel pour butiner ma pute
Un doigt, deux doigts, la main et - enfin allongée
La raideur saillante se complaît à bourrer


Ô dure ardeur dure, dure bien quand tu fourres
Les coups qu'on endure, sont bien ceux de l'amour
Raideur douce qui glisse en va-et-vient sans cesse
Dans la chair qui s'hérisse au galbe d'une fesse

Savoureuse secousse, ô fais sourdre la source
Ne retiens plus aucun de tes coups sourds et forts
Pour mieux ouvrir en deux ton amante à tes bourses
Balancée elle en veut, elle réclame encore


Sa chair d'eau éventrée sous les assauts du dard
Son antre ravagée qui convulse, palpite

Prise au soubresaut fou de l'amant qui sait l'art
De combler l'appétit d'avides Aphrodites

Elle en veut et son râle en cadence clapote
Onctueux battement remuant la calotte
Il masse, pétrit, fend la croupe qui se donne
S'en donne avec ferveur à corps d'un cœur de joie
D'une ferme claque il rougit et résonne
La fesse écartelée sans pudeur sans appâts
Sans autre vêtement que des doigts, ô désir
De forcer cette fleur qui s'entrouvre à gémir


"Oui"
hurlé quand il sort, "oui" plus haut quand il rentre
"Oui" le nom du bonheur qui se tend dans son ventre
"Oui" dit à l'unisson et "oui" dit en saccades
De la bouche qui mord, empreint et se balade
Sur la peau bien éclose et la chair demandeuse
Engloutit en longueur le régal qui la creuse

"- Ma chatte incante crie ton averse de lait
Donne, donne-moi tout" dit l'incendiaire en feu
Cheminée coulante, brasier qui ne se tait
Avec les morsures laissées par son heureux
Amant qui la boucle d'une bouche suavante
D'une bourrée franche comme un coup de butoir
"- Viens, reviens, retiens...je suis dans la mort lente
Meurs avec ton amour, ô défaille sur mon phare..."


Et lui de venir sec, puis durcir de nouveau

Face-à-face reprend l'union de plus belle
L'emboîtement goûteux, le délice qui vaut
L'embrasement premier de l'heureuse étincelle

Face-à-face collés les deux corps s'appartiennent
La mort, douce intruse, se transmet par les yeux
Le fourreau se resserre, en convulsions  viennent
Les jaillissements fous dans le ventre joyeux